Le cheval senior
Comment garder votre cheval senior en bonne santé ?

Comme les humains, les chevaux âgés souffrent davantage de troubles mineurs, de maladies et de douleurs. Heureusement, grâce aux bons soins et à la vigilance accrue de propriétaires attentionnés, ils sont de plus en plus nombreux à profiter de leurs vieux jours heureux et en bonne santé.

Saviez-vous que l’âge de 15 ans pour un cheval correspond à environ 45 ans pour un humain ? C’est là qu’apparaissent les premiers signes de vieillissement. La plupart des propriétaires de chevaux seniors s’accorderont sur ce point : cet âge a également de nombreux avantages. En effet, les chevaux plus âgés étant bien plus expérimentés, ils sont moins imprévisibles et nécessitent un entraînement moins intensif. Vous pouvez ainsi profiter davantage du temps passé avec votre cheval. Par ailleurs, le lien entre un cheval senior et son cavalier est généralement plus étroit. Un suivi approprié et des contrôles vétérinaires réguliers vous permettront de profiter de votre fidèle compagnon pendant de longues années. Nous avons dressé pour vous une liste des aspects à surveiller.

Protégez votre cheval contre les parasites 

Tous les chevaux ont des vers. C’est normal, car les vers activent leur système immunitaire. Cependant, il faut veiller à ce que votre cheval n’en ait pas trop. Pour vous en assurer, faites analyser le crottin de votre cheval au minimum chaque trimestre pour connaître la quantité d’œufs de vers et savoir de quel type de parasites il s’agit. Cet examen permettra de déterminer si le cheval doit être traité et, le cas échéant, quel produit et quel dosage lui administrer. C’est particulièrement important pour les chevaux seniors, plus sensibles aux infections.

Attention, certains chevaux peuvent ne pas éliminer d’œufs tout en étant gravement infectés. En effet, à un certain stade, certains vers s’encapsulent dans la paroi intestinale et ne pondent plus d’œufs pendant un temps. C’est pourquoi il est essentiel d’examiner le crottin régulièrement, afin d’avoir une idée plus précise du degré d’infection dans le pré.

Des dents en bonne santé pour une longue vie 

Saviez-vous que les dents des chevaux poussent tout au long de leur vie ? Surveillez de près la dentition des chevaux seniors, car la perte d’émail peut conduire à la formation de caries ou d’espaces interdentaires. Des restes d’aliments pourraient s’y loger et pourrir, provoquant une inflammation des gencives et un déchaussement des dents. De plus, avec l’âge, les dents des chevaux deviennent plus mobiles. Une perte d’efficacité de la fonction de broyage de la mâchoire supérieure et inférieure peut conduire à une croissance excessive des crochets, voire à la formation d’une dentition en ciseaux.

Pensez donc à surveiller de près la mastication de votre cheval et faites-le examiner minimum une à deux fois par an par un dentiste équin.

Ne laissez aucune chance aux virus

La résistance naturelle des chevaux seniors est plus faible face aux infections comme le tétanos ou aux virus comme l’herpès et la grippe. La grippe équine, par exemple, est un virus hautement contagieux qui affecte les voies respiratoires profondes. Votre cheval peut tomber gravement malade et même mourir en cas de complications graves. Pensez à laisser administrer les rappels de vaccins à temps.

Avez-vous déjà entendu parler de la PPID, ou maladie de Cushing ?

La PPID, ou Pituitary Pars Intermedia Dysfunction, est également connue sous le nom de maladie de Cushing. Il s’agit d’un dysfonctionnement de l’hypophyse, une petite glande située à la base du cerveau. Cette affection entraîne une augmentation de la production d’hormones, qui se traduit par divers symptômes :

·      Laminite, plus communément appelée fourbure

·      Changement de la robe

·      Changements physiques : ventre tombant, perte de masse musculaire, etc.

·      Dépôts de graisse et épaississements autour des yeux

·      Transpiration anormale

·      Polydipsie et polyurie

·      Diminution des prestations et léthargie

·      Système immunitaire réduit, infections récurrentes et retard de la cicatrisation des plaies

Ces symptômes étaient autrefois souvent attribués à la vieillesse. Aujourd’hui, les connaissances ont évolué, mais il reste important d’établir un diagnostic précoce. Soyez donc attentif à ces symptômes. Vous trouverez davantage d’informations sur la PPID ici.

Bien au chaud en hiver

Les chevaux doivent toujours pouvoir se protéger du vent et de la pluie. Une couverture mouillée provoque une déperdition de chaleur corporelle. C’est d’autant plus vrai pour les chevaux seniors, qui éprouvent plus de difficultés à maintenir leur température corporelle. Ils ont donc besoin de plus d’énergie. Veillez donc à leur fournir suffisamment de fourrage, qui les aidera à maintenir leur métabolisme et à produire suffisamment de chaleur. Il fait particulièrement froid ou humide ? Protégez votre cheval senior à l’aide d’une couverture imperméable.

En pleine forme grâce à une alimentation adaptée

Au fur et à mesure que votre cheval vieillit, ses besoins nutritionnels changent. Il a besoin de plus de nourriture qu’un cheval plus jeune pour puiser la même quantité de nutriments. Donnez-lui du fourrage de bonne qualité. Vous pouvez éventuellement hacher le foin ou le faire tremper au préalable afin qu’il soit plus facile à mâcher. Les aliments concentrés doivent être riches en vitamines, minéraux et protéines, car votre cheval senior en a davantage besoin. Vous pouvez également ajouter de l’huile végétale comme source de graisses pour soutenir son apport énergétique. Veillez cependant à l’introduire très progressivement, avec un maximum de 300 ml par jour pour un cheval de 500 kg à 600 kg.

Votre cheval est-il bien dans sa peau ?

La peau et le poil de votre cheval remplissent des fonctions importantes :

-         Protection contre les facteurs mécaniques extérieurs et la lumière du soleil

-         Régulation des hormones

-         Maintien de la température interne et évacuation de chaleur par la transpiration

Grâce à la division cellulaire, la peau et le poil se renouvèlent entièrement toutes les quelques semaines. Chez les chevaux plus âgés, ce processus s’effectue plus lentement et parfois plus difficilement. Prenez le temps de brosser régulièrement votre cheval et vérifiez qu’il ne présente pas de plaies ni d’eczéma.

 

E.R. Boehringer Ingelheim AH Belgium SA – BE-EQU-0002-2022 01/2022

Boehringer Ingelheim